Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 07:59

On peut retrouver certains d'entre eux, grâce aux cartes postales anciennes ou semi modernes. Cette maison, c’était celle de M. Paul Michel, marchand de peaux de lapins au début du 20éme siècle.     maison michel

Le café de l’Hôtel de Ville tenu par M. Lahalle puis, par M. Spohr.

café spohr  

Ce café existait en 1914, il a été remplacé par l’épicerie de Mme et M. Humbert, puis par la confiserie de Mme   Bisot.

bisot 

La succursale N°201 des Comptoirs Français de M. Tremblot, à la création du magasin, pour faire la devanture, on a fait simple : deux panneaux de bois.

comptoir français  

En juin et juillet 40, les soldats allemands avaient réquisitionné les produits alimentaires et contrôlaient régulièrement dans les boulangeries si les boulanger ne dépassaient pas les quantités de pain destinées à la population. Sur cette photo, il y a un attroupement de faouins venus demander à M. Guyez (seul boulanger sur les 4 de la commune à être resté à la débacle) s’il y avait du pain ce jour là ? Certaines personnes en étaient réduites à quémander de la nourriture aux soldats Allemands qui avaient plus que nécessaire et devaient même en jeter. Certains soldats ont accepté de donner de la nourriture en trop à la population.       guyez1 Sur cette carte le magasin de M. Guyez. Dans les années 50, ce bon boulanger livrait le pain dans sa Quadrillette Peugeot, dans laquelle il m’autorisait à monter pour aller à l’école, avec un croissant en prime !     guez2

Partager cet article

Repost 0
Published by Zaza et Momo - dans Foug - Histoire
commenter cet article

commentaires

Ludivine 11/06/2012 22:12


Les croissants doivent garder un goût particulier pour toi... non?
Mon arrière gd-père était aussi marchand de peaux de lapins, et de ferraille. J'avoue qu'à 2-3ans, ça me faisiat peur de passer dans la grange au milieu de ttes les peaux pendues et remplies de
paille!! Bonne soirée, amicalement

Zaza et Momo 12/06/2012 09:27



Le problème, c'est que j'ai du cholestérol ... donc plus de croissants ! J'adorait surtout les croissants aux amandes ! A cet âge là, c'est normal !  On avait des lapins à la maison et je
voyais mon père les tuer, les dépouiller et faire sécher les peaux sur un écarteur, pour les tendre. Parfois c'était moi qui les apportait au marchand ambulant dans les années 60. Bonne journée.
Amicalement



Hauteclaire 11/06/2012 14:21


Bonjour Momo


encore tout un pan d'histoire locale à découvrir. Et qui rejoint maintenant ta propre histoire. Ces cartes postales sont une mine de renseignements en plus de la mémoire de tout à chacun...


Bises, merci pour ce moment. La famille étant de la région de Forbach, je reconnais une ambiance même si je n'y ai jamais habité.

Zaza et Momo 11/06/2012 15:02



Merci Hauteclaire !



tyazz 11/06/2012 06:49


En ces temps de petits commerces, les villages étaient plus animés .. Je me souviens quand j'allais voir le boulanger dans son fournil et le boucher qui tuait encore les cochons et les vaches
dans sa boucherie !! je ne pourrais plus regarder une telle scène aujourd' hui !  bon lundi , sors ton parapluie et tes bottes  

Zaza et Momo 11/06/2012 10:19



Moi aussi j'ai des souvenirs identiques, c'est fini pour lre moment ... à suivre dans le futur, avec les prix de l'ssence qui vont monter en flèche ! Bonne journée humide !



Magali 10/06/2012 12:20


Jolie anecdote que celle de toi enfant dans la voiture du boulanger. C'est un bel hommage que tu lui rends là, Momo. Bonne journée.

Zaza et Momo 10/06/2012 16:17



Merci magali. C'est normal, c'est un bon souvenir d'enfance !  Bonne journée Magali



virjaja 10/06/2012 12:12


'aime beaucoup ces cartes anciennes, c'est émouvant ces personnes qui posent devant leurs boutiques! bisous et bon dimanche. cathy

Zaza et Momo 10/06/2012 16:16



Merci Cathy, bises et bon dimanche